Pour les vapoteurs, le risque zéro est un rideau de fumée

Publié le par Monsieur Vapoteur

Pour les vapoteurs, le risque zéro est un rideau de fumée
Après les accidents survenus ces derniers mois avec les batteries de cigarette électronique, les distributeurs oscillent entre deux états : l'agressivité ou la confiance.

« Le risque zéro n'existe pas, assure la responsable d'une boutique rue du Taur. Si on achète des marques connues et qu'on évite le net, tout ira bien. Qui dit batterie dit automatiquement risque de surchauffe. Alors ne laissons pas la cigarette électronique exposée au soleil ou dans une voiture à 45°. C'est du bon sens ».

Rue du Poids de L'Huile au point presse le Temps de Vivre, Medhi, spécialisé sur le sujet, distille ses conseils aux clients : « Pourquoi un tel problème de surchauffe ? ».

Il cite l'exemple d'un client qui se retrouve sous la pluie. « ll avait rangé sa e.cigarette dans son jean trop serré. Le frottement du jean a créé un phénomène d'électricité statique qui a causé l'explosion de la batterie d'une e.cigarette certainement déjà défaillante au départ ».

Selon lui, il est préférable pour le consommateur de se tourner vers les grandes marques dont la fabrication est encadrée. Ces vapoteuses haut de gamme sont équipées de trois systèmes de coupe circuit qui en cas de surchauffe de la batterie, l'interrompent. Il est aussi judicieux de ranger les batteries en lithium non utilisées loin des pièces de monnaie ou de clefs pour éviter tout frottement pouvant entraîner un court-circuit. Enfin, un autre professionnel conseille vivement en cas d'achat sur le Net de scanner le QRcode pour vérifier l'origine et la référence du produit. Et éviter ainsi les aléas d'une fabrication bon marché.

« Pas plus de risques qu'avec le portable ou le GPS »

Côté consommateurs, la quiétude semble de mise. Simon, adepte de la e.cigarette depuis huit mois, remarque « je l'ai acheté en magasin. C'est le seul point sur lequel j'ai été vigilant. Mais vous savez il n'y a pas plus de risque avec la cigarette électronique qu'avec le portable ou le GPS ».

Stéphanie s'est mise à la cigarette électronique depuis six mois : « Je n'ai absolument pas peur. Je pense que les nouvelles versions équipées d'une batterie amovible sont plus sécurisées. Et puis surtout il faut éviter l'exposition au soleil. Comme pour le portable d'ailleurs ».

Thibault, fumeur depuis des décennies, vapote depuis quelques mois : « Ce n'est pas quelques accidents liés – d'ailleurs aux batteries en lithium et non à la e.cigarette elle-même – qui vont me faire arrêter. Grâce à la e.cigarette, j'ai diminué considérablement ma consommation ». Il ajoute : « Vous savez, le risque de mourir d'une maladie liée au tabac est de 50 %, alors abandonner la cigarette électronique pour se remettre à fumer, ça demande réflexion ».


Source : La Dépêche

Commenter cet article