Guerre ouverte contre la cigarette et la cigarette électronique au Luxembourg

Publié le par Monsieur Vapoteur

Guerre ouverte contre la cigarette et la cigarette électronique au Luxembourg
Depuis le 1er août, les restrictions pour les fumeurs ont été élargies dans une nouvelle loi antitabac. Celle-ci reprend les dispositions imposées par une directive européenne, mais prévoit également des mesures supplémentaires.

Longtemps accusé d’être trop permissif avec l’industrie du tabac et de traîner les pieds quand il s’agit de se mettre en conformité avec les règles communautaires, le Luxembourg a changé radicalement de comportement.

Pressé par Bruxelles de transposer sa directive 2014/14/UE, le Grand-Duché va en effet bien plus loin dans sa nouvelle loi antitabac, dont le premier projet a été déposé il y a tout juste un an à la Chambre des députés, et qui est en vigueur depuis le début du mois.

Ainsi, il est désormais interdit de fumer sur les aires de jeux pour enfants, mais aussi dans les enceintes sportives ouvertes lorsque des mineurs de moins de 16 ans y font du sport. L’interdiction a également été élargie dans les véhicules privés quand des enfants de moins de 12 ans sont à bord. Des vérifications dans ce sens seront ajoutées aux contrôles policiers de routine.

La cigarette électronique est soumise aux mêmes restrictions. « Du matériel d’information officiel est en cours de validation et sera distribué en septembre aux administrations communales, points de vente de tabac et lieux publics concernés, qui en font la demande », indique-t-on au ministère de la Santé. Alors que les amendes en cas de non-respect de ces pratiques s’élèveront de 25 à 250 euros.

Bon élève, mais aussi très en retard

« Ce sont des mesures positives, mais qui seront difficiles à contrôler », tempère toutefois Lucienne Thommes, la directrice de la Fondation Cancer. « Mais l’important est surtout de sensibiliser la population sur ces risques et responsabiliser les parents. »

À ces interdictions s’ajoutent les mesures imposées par la directive, comme l’obligation pour les producteurs d’accompagner les avertissements sanitaires inscrits sur chaque paquet d’une photo. Un numéro de téléphone vers une hotline doit également apparaître sur l’emballage.

Les petits paquets sont, eux, banni, alors que les arômes menthol ajoutés au tabac se voient officiellement interdits, même si un délai de mise en conformité de trois ans a été accordé.

La loi prévoit par ailleurs l’interdiction de la vente de tabac aux moins de 18 ans, une mesure qui n’apparaît pas dans la directive européenne, mais dont le Luxembourg est un des tout derniers pays d’Europe, avec l’Autriche, à mettre en place.

« L’idée est d’empêcher que la cigarette devienne la norme chez les jeunes et éviter le plus possible le tabagisme passif », précise Lucienne Thommes. « Dans ce sens, ces mesures sont les bienvenues, même si nous les attendions plus rapidement. »

En 2016, 20% de la population luxembourgeoise fumait, selon l’enquête TNS Ilres/Fondation Cancer 2016. Si ce chiffre a diminué ces dernières années, il a augmenté de trois points par rapport à 2015 dans la catégorie des 18-24 ans, où il se situe à 26%.

Au Luxembourg, la cigarette cause environ 1.000 décès par an, dont 80 sont dus au tabagisme passif.


Source : Paperjam

Commenter cet article

Emilie 20/08/2017 23:15

Il est absolument scandaleux que la cigarette électronique soit placée au même rang que le tabac quand on connait son réel potentiel en matière de sevrage tabagique !
Tous les pays du monde font en sorte d'entraver son essor de peur de perdre des recettes profitables tout en piétinant la santé.
A terme, nous parlerons tous de scandale sanitaire et demanderons des comptes à tous ces législateurs qui prétendent garantir les intérêts des citoyens. C'est contre le tabac qu'il faut lutter !