Avec la hausse du prix des cigarettes, les fumeurs achèteront à l’étranger

Publié le par Monsieur Vapoteur

Avec la hausse du prix des cigarettes, les fumeurs achèteront à l’étranger
Rencontre avec des fumeurs parisiens, pour qui la perspective d’un paquet à 10 euros a du mal à passer. Les vendeurs à la sauvette, eux, se réjouissent.

Le prix du paquet de cigarettes à 10 euros annoncé par le Premier ministre revient dans les conversations des fumeurs parisiens. Sous l’ombre d’un arbre, à la sortie du métro Strasbourg-Saint-Denis, Patrick et deux de ses amis fument de concert. « Il n’est pas question que j’arrête la cigarette pour le moment, même si le prix augmente », lance l’homme de 34 ans qui fume depuis l’âge de 16. « On va aller acheter les paquets à l’étranger », répond son ami. Les trois jeunes, qui travaillent dans le bâtiment, redoutent déjà l’effet de l’augmentation à venir pour leurs budgets.

« Mourir en bonne santé ».

Pour Pierre, 20 ans, qui fume modérément depuis deux ans, c’est « évidemment » une très mauvaise nouvelle, « surtout quand on est étudiant ». Cigarette entre les doigts, le jeune homme, qui consomme un paquet et demi par semaine, dit qu’il va continuer à fumer. La hausse qui se profile n’est, bien sûr, pas populaire. « Je suis super énervé parce que c’est encore les pauvres qui vont le plus souffrir », lance un homme d’une trentaine d’années à la sortie d’un bureau de tabac du Xe arrondissement.

Même pour des gens plus à l’aise, comme le couple Girard, la cinquantaine, qui consacre « 500 euros par mois » à la cigarette, « 10 euros le paquet, c’est trop cher ». Fumer tue certes, mais «pourquoi devrais-je mourir en bonne santé ? » rigole le mari, qui consomme un paquet et demi par jour depuis près de trente-cinq ans.

Parmi les fumeurs, certains réflechissent à se tourner vers la cigarette électronique, jugée plus économique. Marie, la trentaine, se réjouit d’avoir pris de l’avance. Elle a décidé d’arrêter le tabac il y a sept mois. « J’ai fumé pendant dix ans », dit-elle, mais avec les augmentations successives du prix du paquet, elle a opté pour l’e-cigarette.

Aubaine

Si la hausse massive à 10 euros vise à inciter les fumeurs à arrêter, elle risque aussi d’augmenter le trafic à partir des pays voisins où le prix reste plus abordable. Un paquet de clopes vendu à 6,60 euros en moyenne en France s’achète 4,60 euros en Espagne ou 2,70 euros en Bulgarie(voir carte). Et au Maghreb, c’est encore bien moins cher.

A Barbès, quartier populaire du XVIIIe arrondissement connu pour ses ventes à la sauvette, la mesure annoncée par le chef du gouvernement est considérée comme une aubaine par les nombreux jeunes qui vivent du trafic de tabac.

A 24 ans, il vend clandestinement des cigarettes « importées » d’Algérie. « J’achète la cartouche à 40 euros et je la revends à 50 », confie-t-il. En un jour, il en écoule environ trois, au risque de se faire prendre par la police. « C’est dur. On ne gagne pas beaucoup. » Mohamed espère « avoir plus de clients »au moment de l’entrée en vigueur du paquet à 10 euros. Lors de son discours à l’Assemblée, mardi, Edouard Philippe a dit qu’il entendait conduire de concert la hausse du prix et la lutte contre le trafic. Pas une mince affaire au vu du commerce que génère la contrebande à Barbès.


Source : Libération

Publié dans Articles, Tabac, Economie

Commenter cet article