78.000 morts du tabac par an : " Quand on a un tel problème, il faut se donner les moyens "

Publié le par Monsieur Vapoteur

78.000 morts du tabac par an : " Quand on a un tel problème, il faut se donner les moyens "
Vendredi 2 juin, à l'occasion de la Journée mondiale sans tabac, Tab'agir et l'unité d'addictologie de l'hôpital ont fait de la prévention auprès des fumeurs dans le hall du centre hospitalier. Pour le Dr Keddi, psychiatre addictologue à l'hôpital de Nevers, il y a trop de morts causées par le tabac. Des mesures drastiques s'imposent.

A l'occasion de la Journée mondiale sans tabac, nous avons échangé avec le Dr Keddi, psychiatre addictologue à Nevers, chargé d'animer un stand de prévention dans le hall du Centre hospitalier de l'agglomération. Ce spécialiste demande l'augmentation de plusieurs euros du prix du tabac, voire son interdiction. Pour lui, il est urgent que les pouvoirs publics prennent des mesures sévères.

Que montrez-vous sur le stand ?

C'est une journée de sensibilisation, donc on aborde le problème concret de la cigarette et de ses risques. Dans l'imaginaire de la population, on parle beaucoup du cannabis, mais il faut savoir que ça tue quelques centaines de personnes par an, alors que le tabac, c'est 78.000 personnes par an. En France, les substituts nicotiniques sont peu remboursés : 150 € par an et par personne. Mais on peut mieux faire. Je pense qu'on peut évoluer vers autre chose. L'enseignement des infirmières doit comporter un aspect addictologie. Quand on a un tel problème de santé publique, il faut se donner les moyens. Il n'y aura jamais suffisamment de tabacologues et jamais assez de formation.

Les fumeurs réagissent-ils aux actions de prévention ? Y a-t-il moins de moins en moins de fumeurs ?

Il n'y a pas de recul constant et régulier de la consommation de tabac. Je veux rappeler que la nicotine est plus addictogène que l'héroïne. La seule mesure qui permet de faire reculer le tabac, c'est d'en augmenter le prix : pas de quelques sous, mais plusieurs euros. Il faut aussi interdire radicalement et totalement le tabac. Aux Etats-Unis, il y a 200.000 morts par an à cause du tabac. En Europe, c'est 400.000. Parce qu'aux Etats-Unis, il y a une lutte contre le tabac. Là-bas, il est interdit de fumer dans les appartements, parce qu'on se dit que, petit à petit, les particules de cigarettes vont aller chez votre voisin. Depuis 2010 et l'interdiction de fumer dans les espaces publics, il y a une baisse drastique des urgences cardiologiques.

On est passé de 500 décès par overdose par an dans les années 1980, à 100 aujourd'hui. Mais pour le tabac, c'est 78.000 par an.

Il faut faire reculer le lobby de l'industrie du tabac. Aujourd'hui, les deux gros problèmes de santé sont le tabac et l'alcool. On est passé de 500 décès par overdose par an dans les années 1980, à 100 aujourd'hui. Mais pour le tabac, c'est 78.000 par an. Le tabac est la première industrie qui génère autant de mortalité. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime à 7 millions le nombre de décès par an causés par le tabac. Aujourd'hui, on estime que 50% des fumeurs vont mourir du tabac, en général autour d'une cinquantaine d'années.

Comment meurt-on du tabac ?

Les principaux risques sont le cancer bronchique, les accidents cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux (AVC), le cancer de la vessie et le cancer du larynx. Concernant les femmes, il faut savoir qu'au début du XXe siècle, le cancer bronchique était une maladie rare chez les femmes. Au XXIe siècle, il se rapproche de la courbe du cancer du sein. Les prédictions disent que la courbe du cancer bronchique va dépasser la courbe du cancer du sein. En fumant, les femmes qui ont plus de risque de développer un cancer du sein vont encore augmenter leur risque. Enfin, il y a aussi le fameux risque tabac-pilule, cause d'AVC.

Il faut que les pouvoirs publics changent par rapport à la cigarette électronique

On voit bien que c'est un problème de santé publique et que la réponse à ce problème n'est pas suffisante. Je ne peux pas être satisfait des mesures prises. Il faut envisager un plan de lutte contre le tabac sur les dix prochaines années. Le Plan Touraine est bien, mais il se limite au paquet neutre. La seule chose dissuasive, c'est le prix. Il faut aussi que les pouvoirs publics changent par rapport à la cigarette électronique. ça n'a jamais été prouvé qu'elle était cancérigène. En Angleterre, la cigarette électronique est remboursée par la Sécurité sociale. Je relaie là la parole de mes " patrons ", comme le Dr Dautzenberg (*). Pour lui, la cigarette électronique est un outil de sevrage du tabac.

(*) Le Dr Bertrand Dautzenberg est pneumologue à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris. Il est très engagé dans la lutte contre le tabagisme. Il a été président de l'Office français de prévention du tabagisme.


Source : Le journal du centre

Publié dans Articles, Tabac

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Angelilie 07/06/2017 16:23

toujours un plaisir de flâner sur vos pages. au plaisir de revenir. N"hésitez pas à visiter mon blog. lien sur mon pseudo. à bientôt.