Le stress, première cause de rechute chez les fumeurs

Publié le par Monsieur Vapoteur

Le stress, première cause de rechute chez les fumeurs
Quand il s'agit d'arrêter de fumer, seuls 11% des Français font appel à un médecin généraliste ou un tabacologue. Lorsque la tentative de sevrage échoue, c'est à cause d'une période de stress important, selon une enquête IFOP publiée ce mardi 16 mai, à deux semaines de la journée mondiale sans tabac du 31 mai.

69% des fumeurs déclarent avoir essayé d'arrêter de fumer, dont 42% plusieurs fois, mais seuls 11% d'entre eux ont consulté un professionnel de santé lors de leur dernière tentative, selon une enquête IFOP/Pfizer France.

Pour y parvenir, 52% des fumeurs ont fait appel à leur propre volonté, sans accompagnement lors de leur dernière tentative de sevrage tabagique, selon l'étude.

Parmi les raisons de l'échec, les fumeurs évoquent principalement le stress (37%) et la peur du manque (15%). Dans une moindre mesure, la tentation d'une cigarette offerte a fait rechuter 12% des personnes interrogées et 10% vivant avec une personne fumeuse. 9% se sont remises à fumer après une prise de poids et 3% se sentaient isolées des fumeurs de leur entourage.

Pour réussir une bonne fois pour toutes, les fumeurs sont partagés quant à la marche à suivre : 51% se disent prêts à recourir à un traitement médical, dont 24% accompagnés d'un professionnel de santé, contre 24% de réfractaires qui pensent pouvoir arrêter seul.

Parmi ceux qui ne souhaitent pas recourir à un traitement (49%), le remboursement des soins pourrait motiver 44% d'entre eux à arrêter de fumer et 38% à consulter un médecin pour être accompagné médicalement, d'après l'étude.

Selon la docteure Anne-Laurence Le Faou, responsable du centre ambulatoire d'addictologie de l'hôpital européen Georges-Pompidou, à Paris, près d'une personne sur deux qui réussit à être abstinente pendant un mois multiplie les chances d'arrêt à un an. " Il y a environ cinq fois plus de chances de rester abstinent à un an après un maintien du sevrage continu pendant un mois ".

L'enquête IFOP/Pfizer France a été menée auprès de 1103 fumeurs - extrait d'un échantillon de 3600 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus - par questionnaire autoadministré en ligne du 5 au 10 avril 2017.

Le tabac reste la première cause de mortalité en France avec 78 000 décès par an, dont 47.000 par cancer. Un tiers de la population fume (33%), dont 38% d'hommes et 30% des femmes.

Le nombre moyen de cigarettes fumées quotidiennement par les consommateurs réguliers est passé de 15,1 cigarettes par jour en 2005 à 13,6 en 2010, selon les chiffres de l'Inpes.


Source : Le populaire

Publié dans Articles, Tabac, Science

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article