Une leçon anti-tabac faite à la France par la Nouvelle Zélande concernant la cigarette électronique

Publié le par Monsieur Vapoteur

Une leçon anti-tabac faite à la France par la Nouvelle Zélande concernant la cigarette électronique
On verra ici l’homologue ministérielle néo-zélandaise de Marisol Touraine annoncer ce qui, en France, demeure de l’ordre de l’impensable : « E-cigarettes will be legalised: Government ». C’est fait : la Nouvelle Zélande a décidé d’user du levier du vapotage pour abaisser le taux de tabagisme, réduire ses méfaits et sauver des vies. Nicky Wagner, ministre-adjoint à la Santé vient d’annoncer la prochaine légalisation de la vente de liquide nicotiné de vapotage. « Aussi vite que possible » et au plus tard l’an prochain assure-t-elle. L’information est relayée dans notre hémisphère par Philippe Poirson sur le site Vapolitique.

« Jusque-là les liquides avec nicotine étaient interdits de vente, engendrant du marché noir et des rechutes dans le tabagisme de vapoteurs privés de liquide nicotiné, explique-t-il. Il y a un consensus général sur le fait que vapoter est beaucoup moins nocif que fumer. L’homologue de Marisol Touraine:

« Je suggère à toutes les personnes ici qui fument de passer au vapotage. J’ai essayé de me mettre à la e-cigarette, ce n’est pas trop mon truc, mais pour tout vous dire je ne fume pas non plus. Je propose pourtant que tous les fumeurs essayent la e-cigarette. S’il est difficile d’obtenir des résultats définitifs dans le monde, nous pensons que la vape est au minimum 95% moins nocive que le tabagisme. »

Démocratie

Cette annonce, ajoute Philippe Poirson, surgit après une consultation publique close en septembre dernier. « Les preuves que l’usage du vapotage peut réduire considérablement le poids des maladies causées par le tabagisme sont de plus en plus nombreuses », conclut le ministère de la Santé. Le Gouvernement prend cette décision alors que plus d’un demi-million de néo-zélandais fument, et que 5 000 meurent prématurément chaque année. L’objectif est de ramener de 15% actuellement à moins de 5% d’ici 2025 le taux de tabagisme. A mille coudées du Programme national français de réduction du tabagisme qui, à cette date, vise les 20%.

C’est dans un but de santé publique et d’équité sociale que le gouvernement néo-zélandais va légaliser les ventes de liquides avec nicotine en tant que produits de consommation. « Cela garantit aux fumeurs d’avoir accès à une alternative à plus faible risque, un outil de réduction des méfaits. Mais nous continuerons à dissuader les non-fumeurs de commencer de fumer ou de vapoter », précise Nicky Wagner. La publicité devrait être encadrée afin de ne pas attirer les non-fumeurs. Les produits devront être homologués, mais le Gouvernement assure « vouloir tenir au plus bas les coûts pour les entreprises ». Standards de produits de consommation, composition des liquides, bouchon de sécurité et avertissement sanitaire seront exigés. Un véritable politique de santé publique et de réduction des risques, en somme.

Cela se passe en Nouvelle-Zélande. Soit très précisément aux antipodes de la France du tabac, des celle des buralistes et du refus obstiné du politique de comprendre quel levier pourrait être la cigarette électronique.


Source : Jean Yves Nau

Commenter cet article