Grâce à Sovape, il n’est pas prouvé que l’interdiction de publicité soit nécessaire

Publié le par Monsieur Vapoteur

Grâce à Sovape, il n’est pas prouvé que l’interdiction de publicité soit nécessaire
Les résultats de la consultation publique lancée par la Sovape sur la liberté d’expression et de communication concernant le vapotage a été adressé ce lundi 14 novembre au Directeur général de la Santé, Benoît Vallet.

Plus de 3 100 personnes ont répondu au questionnaire mis en ligne pendant une semaine.


•• Selon la conclusion du rapport de 17 pages, « le consensus est total pour affirmer que les interdictions de publicité et propagande sont absolument contraires à l’expérience vécue jusqu’à aujourd’hui. Si la vape a prouvé qu’elle a permis, fin 2014, à plus d’un million de personnes de sortir du tabagisme, les autorités n’ont pas prouvé que l’interdiction de publicité ou de propagande soit nécessaire. Même la crainte de “ l’effet passerelle : porte d’entrée vers le tabac pour les jeunes ” est écartée par le rapport LRSH remis à la Direction générale de la Santé en avril 2016, rendu public en octobre 2016.

« Néanmoins, le produit n’étant pas anodin, il y a également consensus pour admettre qu’une réglementation spécifique de la communication commerciale est nécessaire ... ».

•• En ressort trois recommandations :

- Le projet de mise à jour de la circulaire 2014 doit permettre de travailler sur le fond avec toutes les parties prenantes pour définir avec précision les limites utiles à apporter aux communications commerciales.

- Le terme de propagande n’a pas de définitionb>, il est flou et plonge dans l’embarras les utilisateurs, les professionnels de santé et les professionnels de la vape, qui ne savent pas où commence la propagande. Ce terme doit disparaître.

- Une circulaire ne suffira pas à répondre aux préoccupations nées avec la loi de Santé, la modification des articles L3513-4 et L3515-3 du Code de la santé publique est indispensable.


Source : Le monde du tabac

Commenter cet article