Une boulette de viande retrouvée dans un paquet de cigarettes

Publié le par Monsieur Vapoteur

Une boulette de viande retrouvée dans un paquet de cigarettes
Nouveau rebondissement dans la longue série des scandales alimentaires. Après celui de la viande de cheval présentée comme de la viande de bœuf ou la plus récente affaire de plats à base de rat et de renard en Chine, un nouvel événement suscite l’indignation. À Brignoles, dans le Var, alors qu’il venait d’acheter un paquet de cigarettes dans son tabac habituel, un homme a découvert à son plus grand dégoût une boulette de viande glissée entre les petits rouleaux de tabac. Le cigarettier concerné nie toute responsabilité mais annonce avoir lancé une enquête interne. Reportage.

Nouveau rebondissement dans la longue série des scandales alimentaires. Après celui de la viande de cheval présentée comme de la viande de bœuf ou la plus récente affaire de plats à base de rat et de renard en Chine, un nouvel événement suscite l’indignation. À Brignoles, dans le Var, alors qu’il venait d’acheter un paquet de cigarettes dans son tabac habituel, un homme a découvert à son plus grand dégoût une boulette de viande glissée entre les petits rouleaux de tabac. Le cigarettier concerné nie toute responsabilité mais annonce avoir lancé une enquête interne. Reportage.

De la viande encore tiède

Jacques Gauron n’en revient toujours pas. Hier, alors que l’homme de 51 ans ouvrait son paquet de Marlboro quelques secondes après en avoir fait l’acquisition, ce quinquagénaire est tombé nez à nez avec une conséquente boulette de viande de bœuf à l’intérieur de l’étui en carton. « Elle était là, au beau milieu du paquet, les clopes étaient tout autour en désordre, certaines étaient cassées par la pression de la boulette », nous raconte ce sidérurgiste de Brignoles.

Constatant cette étrange boulette, Jacques Gauron retourne dans le tabac où il a acheté le paquet pour se faire rembourser : « J’ai d’abord cru que le patron du tabac s’était trompé, qu’il s’agissait d’un nouveau produit vendu par Marlboro. Après tout, la boulette était encore tiède. Ça pourrait très bien être un concept de paquet de clopes vendu avec un en-cas à l’intérieur. »

Après avoir montré la présence du fameux morceau de viande au buraliste qui lui avait vendu le paquet, ce dernier nie tout acte malintentionné de sa part : « J’ignorais totalement qu’il y avait une boulette à l’intérieur, ce n’est vraiment pas mon genre de faire ça. Même un 1er avril. Par contre là où j’ai failli, c’est qu’au moment où je lui ai vendu le paquet en question, j’avais effectivement cru voir de la sauce couler le long de la boîte. J’aurais dû me douter que cet exemplaire avait un problème. »

Une fois le buraliste mis hors de cause, c’est donc vers la marque productrice du paquet, à savoir Marlboro, que les regards se tournent. A peine l’incident rendu public, Laurence Hernot, la porte-parole du groupe américain en France a tenu à démentir toute implication du cigarettier : « À aucun moment de notre chaîne de production, nous n’avons recours à des produits alimentaires comme de la viande de bœuf ou toute autre forme de chair animale. Nos cigarettes sont composées de substances diverses comme le DDT utilisé pour les insecticides ou l’acétone qu’on retrouve dans certains dissolvants, mais jamais, et je dis bien jamais, nous n’introduisons quelque produit alimentaire que ce soit dans nos cigarettes. Ce serait tromper la confiance que nos clients nous accordent. »

La répression des fraudes saisie

Dans l’immédiat, Marlboro a annoncé avoir débuté une enquête disciplinaire en interne pour retrouver et sanctionner le ou les individus à l’origine de ce scandale s’il s’avère que l’insertion de la boulette dans ce paquet a été faite dans l’intention de nuire. La Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes a également été saisie du dossier suite à une plainte groupée d’associations de consommateurs.

Pour sa part, Jacques Gouron, l’acheteur malchanceux ne souhaite qu’une chose : oublier cette affaire et retourner à sa vie normale. « C’était qu’une boulette après tout. Pas besoin d’en faire une montagne. En plus elle était vachement bonne malgré son arrière-goût de nicotine », nous raconte-t-il.


Source : Le Gorafi

Publié dans Articles, Humour

Commenter cet article