Au Canada, Big Tobacco propose l'IQOS comme alternative à la cigarette

Publié le par Monsieur Vapoteur

Au Canada, Big Tobacco propose l'IQOS comme alternative à la cigarette
Le cigarettier RBH veut vendre ses « produits à risques réduits » au Canada

Selon diverses études citées par RBH, la cigarette électronique serait 95 % moins dommageable pour la santé que sa version combustible.

Rothmans, Benson & Hedge (RBH) croit qu’Ottawa se fourvoie en mettant ses énergies sur les emballages neutres de paquets de cigarettes.

Le manufacturier estime que la solution aux ravages du tabagisme réside dans la promotion de produits « non combustibles », qui réchauffent le tabac. Justement, il souhaite en introduire un sur le marché canadien, « le plus rapidement possible », dit Michael Klander, directeur des affaires corporati­ves chez RBH, deuxième fabricant au pays, avec 780 employés, et filiale du géant Philip Morris International.

Après trois mois, les consultations publiques du gouvernement fédé­ral sur la neutralité des emballages se sont terminées mercredi soir.

« Moins dommageable »

Dans une lettre adressée au gouvernement fédéral, RBH soutient que les Canadiens sont bien au fait des risques associés à la cigarette. Mais des millions de Cana­diens fument encore «et conti­nue­ront de le fa ire» quel que soit l’emballage de leur paquet de cigarettes.

« Alors pourquoi ne pas promouvoir, à la place, une solution de rechange potentiellement moins dommageable que la cigarette combustible ? » demande Michael Klander.

Selon diverses études citées par RBH, la cigarette électronique serait 95 % moins dommageable pour la santé que sa version combustible. Celle-ci pourrait permettre de réduire de 21 % le nombre de décès causés par le tabagisme.

Avec l’aide d’une flopée de scientifiques (300!) issus d’une trentaine de domaines d’expertise différents, le manufacturier a élaboré quelques « produits à risques réduits », comme il les appelle.

Ces produits contiennent de la nicotine qui réchauffe le tabac.

« Notre objectif est de convertir le plus de fumeurs actuels qui souhaitent continuer en utilisateurs de ces produits », dit Michael Klander. RBH compte introduire l’un d’entre eux, iQOS, au Canada. « Il est déjà vendu dans plusieurs pays et de nombreux adeptes du tabac ont fait le saut. Au Japon, on évalue que 70 % des adultes qui ont essayé le produit ont abandonné le tabac. »

RBH ignore quand le produit sera disponible au Canada.

La compagnie n’a pas besoin d’obtenir une approbation de Santé Canada puisqu’il fait partie des produits... du tabac.

Un faux débat

« C’est un faux débat, une diversion », dit Flory Doucas, porte-parole de la Coali­tion québécoise pour le contrôle du tabac. Selon elle, si les cigarettes électroniques sont utilisées par des fumeurs dans l’optique d’abandonner le tabac, tout le monde est gagnant, mais ce n’est pas toujours le cas : « Des jeunes s’y mettent, car ils perçoivent cela comme une innovation. »

« La réalité, poursuit Mme Dou­cas, c’est que la vente de cigarettes traditionnelles continue. Donc, RBH n’est aucunement crédible lorsqu’elle se prononce sur des enjeux de santé publique. »

Elle ne croit pas non plus que les cigarettiers soient davantage crédibles lorsqu’ils prétendent que l’emballage neutre ne changera rien. « En marketing, les couleurs, le graphisme sont importants pour vendre. »


Source : Journal du Montréal

Commenter cet article