Pourquoi le tabac à rouler est plus nocif que le tabac industriel

Publié le par Monsieur Vapoteur

Pourquoi le tabac à rouler est plus nocif que le tabac industriel
Très prisé par les jeunes fumeurs en raison de son coût peu élevé, le tabac à rouler pourrait bientôt connaître une hausse des prix, à la demande de deux députés. Il se distingue également des cigarettes classiques en raison d'une idée reçue: il serait moins nocif. Mais ce n'est pas du tout le cas.

Si les fumeurs de cigarettes industrielles doivent souvent faire face à une hausse du prix des paquets, ceux qui préfèrent le tabac à rouler étaient un peu plus épargnés par cette mesure. Mais ce ne sera peut-être bientôt plus le cas puisque selon Le Parisien, deux députés, Michèle Delaunay et Gérard Bapt (PS), demandent une hausse de 30% du prix dans un courrier envoyé aux ministres des Finances, de la Santé et au secrétaire d'Etat au Budget.

Il faut selon eux agir contre cette " hécatombe financière et sanitaire ". Le tabac à rouler serait d'autant plus dangereux que son faible coût en ferait une porte d'entrée au tabagisme pour les jeunes. Selon Michèle Delaunay, également présidente de la fédération d'associations Alliance contre le tabac, il est en effet possible de " faire 47 cigarettes environ pour le prix d'un paquet de 20. "

Le tabac à rouler fait aussi l'objet d'une idée reçue qui a la vie dure: sous prétexte d'être plus " naturel " il serait moins " toxique ". C'est en réalité tout le contraire, comme l'explique Tabac Infos Service, puisque " le rendement en nicotine et en goudron des cigarettes roulées est trois à six fois plus élevé ". Sans compter que " la plupart des fumeurs ne mettent pas de filtres ", explique à Santé Magazine le Dr Philippe Castera, tabacologue.

Une fumée plus toxique

L'Office français de prévention du tabagisme précise quant à lui que " la fumée du tabac à rouler est en moyenne quatre fois plus nocive que celle des cigarettes industrielles ". De même que les cigarettes dites "light" ne sont pas moins nocives.

" En fumant ces cigarettes dites allégées, vous êtes amené à tirer plus intensément dessus pour avoir votre dose de nicotine. Vous inhalez alors plus profondément et plus longuement la fumée, artificiellement adoucie, et vous vous croyez protégé ", explique-t-il.

Ces termes sont donc trompeurs et les fabricants de cigarettes n’ont plus le droit de les utiliser en France.

La dangerosité du tabac à rouler réside dans sa combustion : non seulement ce dernier contient plus de nicotine et de goudron mais " le tabac, moins bien tassé, brûle mal, les cigarettes roulées s’éteignent plus facilement, mais la combustion se fait à une température plus élevée, engendrant une fumée plus toxique ", souligne l'un des bulletins santé de l'association Les Droits des Non-Fumeurs.

La requête des deux députés avait déjà fait l'objet d'une recommandation de la part de l'Invs* en 2010. Ce dernier estimait que " le prix du tabac à rouler devrait être beaucoup plus proche du prix du tabac des cigarettes ". Outre le fait qu'il favorise la consommation de tabac, de par son prix moins élevé, le Dr Philippe Castera voit un autre méfait : " il favorise également la prise de cannabis, pour le shit comme pour l'herbe ", explique-t-il.

Si ce dernier voit d'un bon œil la hausse des prix, celle-ci ne doit pas être la seule solution pour dissuader les consommateurs. " Toutes les mesures envisagées contre le tabac sont légitimes à la condition qu'en parallèle on développe les aides aux traitements de leur dépendance. Le remboursement des médicaments d'aide à l'arrêt du tabac doit être une autre priorité ", conclut-il.


* Institut de veille sanitaire


Source : BFM TV

Publié dans Articles, Tabac

Commenter cet article