La Fivape proteste contre une réglementation disproportionnée

Publié le par Monsieur Vapoteur

Dans un communiqué de ce jour, la Fivape (Fédération interprofessionnelle de la vape) dénonce l’entrée en vigueur et les modalités d’application en France de la directive européenne 2014/40/UE, ce 20 mai 2016, pour l’ensemble des mesures relatives aux produits du vapotage.

Alors que le consensus en faveur de la e-cigarette la place au fil des mois comme un outil efficace dans la réduction des risques liés au tabagisme et dans la lutte contre le tabac, l’assimilation de la vape aux produits du tabac conventionnels, pour entre autres les mesures relatives à la publicité et à la propagande, relève du grotesque, par la mise sur un pied d’égalité du poison et de l’antidote.

La transposition de la directive européenne engendre de graves périls pour l’information des fumeurs, de leur entourage ainsi que des vapoteurs, tandis que la vape a déjà permis à un million de Français de cesser leur consommation de tabac. Marisol Touraine détient une responsabilité à l’égard des 3 millions de vapoteurs français. Les avancées issues du « Sommet de la vape » ne doivent pas masquer l’essentiel : les positionnements du ministère des Affaires sociales et de la Santé, des professionnels de santé, des associations de lutte contre le tabac, des groupements de consommateurs et des institutions engagées dans le domaine de la réduction des risques doivent désormais se traduire par des actes concrets.

Alors que la directive européenne adoptée en 2014 est obsolète au regard de l’évolution fulgurante des produits de la vape, il convient de ne pas entraver les usages des 3 millions de vapoteurs français, plébiscitant les systèmes ouverts et indépendants des multinationales du tabac. Seule une réglementation distincte du tabac et véritablement appropriée aux produits de la vape permettra de rendre compte d’une innovation de rupture en capacité de stopper l’hécatombe du tabagisme.

Dans le cadre des mesures réglementaires qui surviendront prochainement, les pouvoirs publics ont ainsi le devoir d’accompagner la filière indépendante de la vape de manière proportionnée, consciente et responsable, alors que les 80 000 décès annuels liés au tabac dans notre pays sont érigés, à juste titre, comme une priorité de santé publique.

« Face à une prévalence tabagique parmi les plus élevées d’Europe, la France peut-elle raisonnablement faire l’économie des avancées proposées par les produits de la vape ? L’exemple du Royaume-Uni, qui intègre la vape dans l’arsenal contre le tabac et la tient a minima pour 95% moins nocive que le tabac conventionnel, démontre les possibilités d’une autre politique pour le vapotage ».


Source : Le monde du tabac
La Fivape proteste contre une réglementation disproportionnée

Commenter cet article