Whoopi Goldberg lance son business

Publié le par Monsieur Vapoteur

Whoopi Goldberg lance son business
L’ac­trice améri­caine vient d’in­ves­tir dans une gamme de produits à base de marijuana.

La consom­ma­tion de canna­bis aux Etats-Unis n’est pas vrai­ment un sujet tabou. Auto­ri­sée dans cinq états, et pres­crite dans dix neuf autres à des fins médi­cales, la marijuana possède désor­mais une nouvelle ambas­sa­drice de choix.

Whoopi Gold­berg, célèbre pour ses rôles dans Sister Act ou encore Ghost, vient de créer une gamme de produits à base d’herbe afin de soula­ger les femmes pendant leur cycle mens­truel.

Inter­ro­gée par le Vanity Fair améri­cain, l’ac­trice explique que son entre­prise Maya & Whoopi (lancée en parte­na­riat avec un produc­teur et l’en­tre­pre­neuse Maya Elisa­beth, spécia­liste de ce marché) propo­sera des crèmes, des infu­sions des tein­tures ou encore des sels de bain.

Un choix élec­tique qui sera dans un premier temps unique­ment dispo­nible dans l’Etat de Cali­for­nie. « Si vous ne voulez pas planer complè­te­ment, ce produit vous permet de vous débar­ras­ser de la douleur » assure t-elle dans les colonnes du mensuel avant de préci­ser : « fumer un joint ça va, mais la plupart des gens ne peuvent pas fumer et aller au travail ensuite ».

Favo­rable à la léga­li­sa­tion du canna­bis depuis de longues années, l’ac­trice a toujours reconnu qu'elle consom­mait du canna­bis à usage médi­cal. En 2014, elle avait publié un ouvrage The Canna­bist dans lequel elle racon­tait que la marijuana intro­duite dans sa ciga­rette élec­tro­nique l’avait gran­de­ment aidée à surmon­ter ses maux de têtes persis­tants suite à un glau­come.

« J'ai commencé à utiliser uneciga­rette élec­tro­nique car j'avais arrêté de fumer des ciga­rettes il y a envi­ron quatre ans. Et j'ai réalisé que je ne pouvais plus de fumer de joint. Ce que je ressens quand je vapote est assez diffé­rent d'un joint. Je contrôle mieux » expliquait-elle.

Whoopi Gold­berg n'est toute­fois pas la première artiste à se lancer dans ce marché émergent Outre-Atlan­tique. La chan­teuse Melissa Ethe­ridge avait déjà investi dans une ligne de vins infu­sés à la marijuana. Le chan­teur Willie Nelson avait quant à lui lancé « Willie's Reserve », pour vendre du canna­bis dans le Colo­rado et Washing­ton, où la consom­ma­tion récréa­tive est auto­ri­sée.


VSD

Commenter cet article

Rudy 08/04/2016 10:29

La France est en retard en ce qui concerne le cannabis thérapeutique. Les traitements autorisés sont à base de gélules. Il n'existe que le Marinol et un second médicament appelé Sativex devait apparaître en 2015. Pas de nouvelles pour le moment. Les conditions d'accès sont extrêmement strictes.

Prescription uniquement par un médecin hospitalier, demande d'autorisation de l'ANSM, approvisionnement auprès d'une pharmacie hospitalière, Fournir une preuve que les traitements classiques ont déjà été tenté mai sans succès, validité de l'ordonnance très courte...