Selon une étude, le tabac n'a pas d'impact sur la santé si l'on s'arrête avant 35 ans

Publié le par Monsieur Vapoteur

Selon une étude, le tabac n'a pas d'impact sur la santé si l'on s'arrête avant 35 ans
D'après les chercheurs du centre médical universitaire Duke, à Durham, les fumeurs seraient plus enclins à s'arrêter s'ils savaient que non seulement la cigarette réduit leur espérance de vie, mais qu'elle diminue considérablement la qualité de leurs dernières années de vie.

Dans leurs travaux, ils se sont intéressés aux effets du tabagisme sur la qualité de vie ou plus précisément sur les années de vie de bonne qualité chez les personnes âgées de 40 ans et plus, décrites par une bonne santé physique, émotionnelle et sociale. Ils ont analysé les données issues de deux vastes études américaines, la Health Retirement Study (HRS) à laquelle ont participé 12.652 hommes et femmes âgés de 50 à 60 ans, et l'Asset and Health Dynamics Among the Oldest Old (AHEAD), incluant 8.124 personnes d'au moins 70 ans.

Tous les deux ans, de 1993 à 2000, les participants ont dû évaluer leur état de santé (excellent, très bon, moyen ou mauvais). Les anciens fumeurs devaient préciser le nombre d'années d'abstinence (3 ans, entre 3 et 15 ans, depuis plus de 15 ans). "Les anciens fumeurs se sentaient en meilleure santé et, en moyenne, vivaient plus longtemps que les fumeurs", rapporte Truls Ostbye, professeur de médecine communautaire et familiale, et principal auteur de l'article.

" Le tabagisme est clairement lié avec le nombre d'années qu'il reste à vivre et les années de vie en bonne santé. Ce n'est pas un résultat surprenant, [...] mais une confirmation de ce que de plus petites études avaient laissé entendre ". Les anciens fumeurs qui avaient arrêté la cigarette depuis plus de 15 ans ne présentaient aucune différence statistique avec les non-fumeurs en termes d'années de vie restantes et d'années de vie de bonne qualité.

A l'inverse, les hommes de 50-54 ans, gros fumeurs (plus de 1 paquet par jour), perdaient environ 2 années de vie en bonne santé et réduisaient de 2 ans leur espérance de vie, par rapport aux non-fumeurs. Les femmes dans la même situation perdaient plus d'un an et demi de vie en bonne santé et diminuaient leur espérance de vie d'un peu moins d'un an et demi. "Les pathologies cardiaques, les accidents cérébrovasculaires et les cancers, toutes ces maladies qui sont liées au tabagisme, sont des maladies débilitantes. Elles peuvent limiter la mobilité et réduire l'indépendance. Les conséquences de ces maladies sont sévères et, pour de nombreuses personnes, cette réduction de la qualité de vie est pire qu'une diminution de l'espérance de vie", mettent en garde les auteurs.

Ils recommandent en conclusion d'axer davantage les messages d'incitation à l'arrêt du tabac sur l'impact du tabagisme sur la qualité de vie, en plus de son rôle dans la mortalité précoce.


Santé guérir

Publié dans Articles, Tabac

Commenter cet article