La vérité sur la nicotine

Publié le par Monsieur Vapoteur

La vérité sur la nicotine
« Ce qui est dangereux dans le tabac, c’est la fumée, ce n’est pas la nicotine. » Voici ce que rapporte le docteur Jacques Le Houezec lors de sa conférence au colloque organisé en février 2016 par la revue Le Flyer et consacré à l’addictologie. Nous allons tenté dans cet article de rétablir la vérité sur cette substance si controversée.

Déjà en 2005, Robert Molimard avait démontré que la nicotine n’était pas le seul facteur de la dépendance au tabac. Nous allons voir aujourd’hui avec le docteur Le Houezec que la nicotine est loin d’être la composante la plus dangereuse de la fumée de cigarette.

La fumée, responsable de tous les maux !

Comme l’explicite Jacques Le Houezec, « Ca fait trente ans qu’on martèle, dans les campagnes anti-tabac, que le responsable, c’est la nicotine. » Le docteur rappelle que c’est le produit de la combustion, plus précisément la fumée, qui engendre la majorité des maladies dues au tabagisme. « Vous pourriez fumer de la salade séchée, vous auriez la même toxicité que dans une cigarette, mais pas de la nicotine. » nous explique le médecin. D’après lui, la fumée de tabac contient 7000 substances chimiques et parmi elles, près de 70 seraient cancérigènes. Quant à elle, la nicotine n’est pas cancérigène, contrairement à ce que l’on peut entendre parfois, et elle n’est pas non plus un facteur de risques cardiovasculaires : « Il faut savoir que l’effet cardio-vasculaire plafonne très vite et que l’effet dose a un effet plateau. »

La nicotine inhalée et fumée n’est pas mortelle

« Grande diabolisation de la nicotine, la nicotine n’est pas aussi létale qu’on veut bien le dire » d’après Jacques Le Houezec. Le docteur se base sur une étude de 2015 du toxicologue autrichien, Bernd Mayer qui a démontré que la dose létale de la nicotine était bien plus élevée que les scientifiques le prétendaient jusque là : de 500 à 1000 milligrammes au lieu des 30 à 60 milligrammes évoqués précédemment. Il faudrait donc ingérer plusieurs flacons d’e-liquides pour s’empoisonner. Et encore même, le docteur nous explique que compte tenu de ma surdose, une grande partie de la nicotine ingérée est vomie par la personne et n’est donc pas absorbée par le corps. La victime retrouve son état normal au bout de plusieurs heures. D’autre part, « il n’y a pas de risque de surdosage avec la nicotine. » Le fumeur et le vapoteur sont capables de doser leur prise de nicotine en adaptant leur consommation à leur besoin. Un fumeur cherche environ un milligramme dans chaque cigarette, qu’elle soit normale ou légère (light). Lors d’une étude conduite en 1998, les scientifiques Zevin, Jacob et Benowitch ont constaté que les fumeurs que l’on soumettait à trois patchs de nicotine avait beaucoup moins de monoxyde de carbone dans leur sang, ce qui signifiait qu’il tirait beaucoup moins sur leurs cigarettes. Les sujets observés étaient déjà relativement rassasiés, dirons-nous, par les trois patchs à la nicotine, ils n’avaient plus besoin de nicotine inhalée, en tous cas, beaucoup moins. Ils réduisaient alors naturellement leur apport en nicotine en ajustant leur inhalations.

Pourquoi vapote t-on plus que l’on ne fume ?

Jacques Le Houezec nous explique que la cigarette électronique est un diffuseur de nicotine beaucoup moins efficace que la cigarette à combustion. « Ce que l’on obtient avec une cigarette en 5 minutes, il va falloir, avec les dernières générations de cigarettes électroniques les plus performantes, à peu près une demi-heure pour avoir la même chose et avec les premières générations, il va falloir plus d’une heure. Ce qui explique que le vapoteur va avoir besoin de vapoter tout au long de la journée, de façon fréquente. » Voilà pourquoi le médecin se dit foncièrement opposé à l’interdiction du vapotage dans les lieux publics et dans les espaces professionnels car cela va à l’encontre de l’arrêt du tabac et de la réussite du sevrage : « Autant un fumeur peut faire une pause toutes les deux heures et aller fumer sa cigarette en dix minutes, autant un vapoteur ne pourra tenir toute la journée simplement parce qu’une cigarette électronique est beaucoup moins efficace qu’une cigarette pour l’absorption de nicotine. »


Source : Smokeway

Commenter cet article