Arrêtez de fumer avec la " Cij'arette " qui se mange

Publié le par Monsieur Vapoteur

Arrêtez de fumer avec la " Cij'arette " qui se mange
Tabacologue et inventeur à ses heures, Jean-Noël Dubois a mis au point un " inhalateur comestible " pour aider au sevrage tabagique.

La recette pour arrêter de fumer ? Une pincée de fécule de pomme de terre, quelques gouttes d'eau, un trait d'huile de tournesol, une trace d'huiles essentielles. Roulez finement, inhalez… soufflez !

Jean-Noël Dubois, médecin tabacologue à Esvres et inventeur à ses heures, tient entre ses doigts une tige qui pourrait « changer la face du monde ». Tout au moins, enrichir l'arsenal d'aide au sevrage tabagique.
Arrêtez de fumer avec la " Cij'arette " qui se mange
Entre la paille le biscuit et l'inhalateur

En forme de paille, légère comme du papier à cigarette, gaufrée comme un biscuit apéritif, la « Cij » – pour « Cij'arette » – se porte en bouche, s'inhale, se mordille... et se mange.

En main, elle trouve sa place naturellement entre l'index et le majeur ; à l'aspiration, elle diffuse un léger parfum de menthe ; mâchouillée, elle laisse un petit goût de vanille. Cet « inhalateur comestible », Jean-Noël Dubois l'a imaginé à force de voir défiler les accros à la cigarette dans son cabinet.

« Au-delà de la stricte dépendance à la nicotine, il y a, chez la plupart des fumeurs, une dépendance gestuelle et comportementale. Beaucoup ont besoin de pouvoir mimer exactement le geste, et rien n'était proposé pour ça », explique le tabacologue.

Le diagnostic posé, le médecin tombe la blouse pour revêtir son uniforme de Géo Trouvetou. « Plus jeune, j'avais mis au point un goudron phosphorescent pour éviter les sorties de route qui avait été primé au Salon des inventions de Genève, raconte-t-il, presque enfantin. J'ai des carnets remplis d'idées d'inventions ! »

Celle de la « Respirette », devenue « Cijarette », puis « cij » pour son nom commercial, ira jusqu'au brevet, déposé il y a sept ans, « la même année que celui de la cigarette électronique ». Cette cousine asiatique a connu le succès que l'on sait. « On l'a présentée comme une panacée universelle, rétorque Jean-Noël Dubois. Comme tabacologue, ca me laisse dubitatif. » Non seulement l'engin ne se manipule pas comme une cigarette mais son innocuité pour la santé n'a toujours pas été démontrée, explique-t-il. Le biscuit à inhaler de Jean-Noël Dubois, lui, est « aussi inoffensif »... qu'une cigarette russe.


Source : La nouvelle république

Publié dans Articles, Tabac

Commenter cet article