les buralistes continuent leur lutte contre le paquet neutre

Publié le par Monsieur Vapoteur

les buralistes continuent leur lutte contre le paquet neutre
Le paquet neutre continue d'essuyer les foudres des buralistes. Ils sont ainsi plusieurs milliers à se mobiliser ce lundi contre ce paquet de cigarettes sans marque défendu par la ministre de la Santé et des Affaires sociales, Marisol Touraine.

Après avoir manifesté dans toute la France il y a deux mois, la Confédération des buralistes organise cette fois un congrès à 18h30 dans cinq villes, à Paris, Nantes, Lyon, Marseille et Toulouse. Ces cinq meetings seront reliés par vidéoconférence.

Comme durant leur dernière action, les buralistes entendent exprimer leur opposition au paquet neutre. Instauré pour la première fois en Australie en 2012, le paquet neutre ne présente aucun logo, dessin ou image de la marque. Tous les paquets sont de la même couleur (en France, ce pourrait être le vert olive). Les avertissement sanitaires du type «Fumer tue» accompagnés d'images choc occupent la majeure partie du paquet. La marque ne disparaît pas totalement, mais elle est inscrite en petit, avec une typographie standard.

Une hausse du tabac pour le moment écartée

Pour Marisol Touraine, le paquet neutre doit permettre de diminuer la consommation de tabac en France. Mais les buralistes, déjà exaspérés par les hausses successives du tabac, y voient surtout une mesure qui diminuera leur chiffre d'affaires et qui alimentera le marché parallèle des cigarettes.

Politiquement, le paquet neutre est aussi source de conflit, notamment entre la ministre de la Santé et le Sénat, majoritairement à droite. En septembre, ce dernier a supprimé la création du paquet neutre dans le cadre de l'examen du projet de loi santé. Marisol Touraine ne s'est pas pourtant laissée désarmer et a aussitôt déclarer vouloir présenter cette mesure en nouvelle lecture devant les députés. L'objectif : rendre obligatoire le paquet neutre en France d'ici le mois de mai 2016.

Mais il n'y a pas que le paquet neutre qui inquiète les buralistes. Les débitants redoutent également une nouvelle hausse du prix du paquet. Le ministre des Finances Michel Sapin et l'Assemblée nationale leur ont pourtant donné quelques gages sur ce point il y une dizaine de jours. Le 22 octobre, les députés ont ainsi rejeté l'amendement de la député socialiste Michèle Delaunay qui prévoyait d'augmenter d'un euro le prix du paquet, afin d'atteindre 10 euros d'ici trois ans. «On ne peut pas taper sur les deux tableaux (paquet neutre et hausse du prix, ndlr» en même temps», avait résumé Michel Sapin.


Source :

Publié dans Articles, Tabac

Commenter cet article

Nes 03/11/2015 18:27

Quand on est subventionné et qu'on touche jusqu'à 60000€ annuel on se la ferme. Toujours en train de râler et jamais content. Voilà une profession qui devrait disparaître.