Schizophrénie de l’Etat sur le tabac et la cigarette électronique

Publié le par Monsieur Vapoteur

Schizophrénie de l’Etat sur le tabac et la cigarette électronique
On se demandait depuis quelques semaines pourquoi le rapport du Public Health England avait fait grand bruit à travers le monde et n’avait produit aucun son dans les couloirs de nos institutions. Sans doute parce que le gouvernement est tiraillé entre deux intérêts totalement contradictoires : à la fois, conserver l’une des plus grandes sources de recettes fiscales du pays (14 milliards de recettes) et laisser croire aux français que leurs représentants luttent activement contre le tabagisme !

Les recettes d’une politique en grand écart

Nous allons vous expliquer comment conduire une politique en ayant une jambe agrippée nerveusement par le ministre des finances, déjà en difficulté pour boucler son budget, et l’autre jambe liée à cette promesse inévitable de réduire le tabagisme en France. Et tout cela en ne laissant apparaître aucune malaise aux yeux des français !

Incriminez ce qui pourrait compromettre 14 milliards de recettes fiscales !

Vous voyez sans doute de quoi je veux parler. La cigarette électronique a permis à 6 millions d’européens (eurobaromètre 2015), dont 400 000 français d’arrêter de fumer. La commission Européenne a manifesté que très peu d’enthousiasme quand elle a présenté ces chiffres au début de l’année (allez savoir pourquoi !). Pourtant, aucun substitut nicotinique a pu enregistrer en si peu de temps un tel taux de réussite ! La communauté scientifique considère elle-même que tous les autres outils de sevrage ne fonctionnent pas, et la raison en est sans doute qu’ils ne reproduisent ni le " hit " de la cigarette, ni le geste, ni la saveur du tabac.
L’ennemi numéro 1 est donc la cigarette électronique. Heureusement pour le gouvernement, les campagnes médiatiques de 2014 ont produit leurs effets ! Le tabagisme a augmenté de 6% entre 2014 et 2015 après une baisse continue pendant 5 ans. Certains vapoteurs ont sans doute replonger dans le tabac par peur et des fumeurs ont peut-être révisé leur projet de vape. Comment peut-on jeter l’opprobre sur un outil qui permet d’arrêter le tabac et d’améliorer sa santé ? En faisant croire que cet outil va inciter ses utilisateurs à consommer quelque chose de plus nocif. Marisol Touraine affirme donc sans vergogne que la cigarette électronique incite les gens à fumer et banalise donc le tabac. Mais c’est oublier que la cigarette électronique est destiné aux fumeurs. Et le rapport du Public Health England précise d’ailleurs qu’elle est utilisée en très grande majorité par des fumeurs : d’après l’étude, seul 0,2% des vapoteurs européens n’auraient jamais consommé du tabac (0,3% chez les jeunes). Dans ces conditions, pourquoi craindre que les vapoteurs plongent dans le tabac puisqu’ils l’ont déjà quitté ?!? Certains journalistes perspicaces ont suggéré à la ministre d’interdire aux français de boire de l’eau en public pour ne pas inciter l’entourage à l’alcoolisme !

Inventer une chimère de lutte contre le tabagisme !

Maintenant, comment montrer que l’on se bat contre le tabagisme en s’assurant à la fois que cette lutte ne porte jamais ses fruits ? Tout simplement, en optant pour une mesure qui pourrait paraître comme sensé aux yeux d’une personne qui gobe tout cru l’information sans la mâcher mais qui, en définitive, ne fera pas bouger la courbe du tabagisme d’un iota. Je veux parler bien sûr du paquet neutre. Ce fameux paquet neutre qui nous laisse à penser que le fumeur est plus dépendant de l’esthétique de son paquet que de son contenu. Un jour, le fumeur verra, dans les rayons de son buraliste préféré, l’emballage de ses cigarettes favorites, totalement débarrassé de ses graphismes ostentatoires. Ne pouvant retenir une sensation irrépressible de dégoût, le fumeur se refusera d’acheter ses cigarettes et devoir plonger du bout des doigts cet hideux objet dans sa poche !


Source : Smokeway

Commenter cet article