Nouvelle polémique sur la cigarette électronique au Sénat

Publié le par Monsieur Vapoteur

Nouvelle polémique sur la cigarette électronique au Sénat
Ils font parler d’eux ces deux amendements signés par treize sénateurs n’autorisant la vente des cigarettes électroniques qu’aux seuls débitants de tabac et déposés dans le cadre de l’examen du projet de loi de Santé (voir Lmdt du 11 septembre). Le Parisien / Aujourd’hui en France de ce mardi 15 septembre fait un tour d’horizon des partisans et des opposants. Un sujet repris par Jean-Jacques Bourdin, sur RMC.

La mesure, réclamée depuis longtemps par la Confédération des buralistes a visiblement trouvé écho dans les deux camps (droite et gauche) chez les sénateurs, explique le quotidien : " chez les Républicains, c’est le médecin (gynécologue) et sénateur-maire de Sète, François Commeinhes qui la porte. À gauche, ils s’y sont mis à douze socialistes dont deux médecins, pour déposer un texte similaire à la virgule près, estimant que tout produit à fumer, mâcher, priser, même s’il ne contient pas de tabac – et sauf s’il est destiné à un usage médicamenteux – doit être assimilé aux tabacs manufacturés … et par conséquent soumis au monopole de vente ".

Réaction côté buraliste : " ce serait logique et cela mettrait de l’ordre dans un marché qui a vu pousser d’innombrables boutiques dont certaines ont fermé, peut-être à la sauvette " (Bernard Gascq, président des buralistes du Grand Paris).

Réaction différente chez les vapoteurs et les addictologues qui voient " un coup orchestré par l’industrie du tabac ". " Faire passer la vapoteuse sous monopole revient ni plus ni moins à l’affaiblir, et avec elle la réduction du tabagisme, déjà à la traîne en France ", souligne Jacques Le Houezec, consultant en santé publique – qui a signé l’appel solennel au gouvernement de quatre associations sur la place de l’e-cigarette dans l’arsenal du sevrage – " vendre des e-cigarettes exige une bonne connaissance du produit et qu’on prenne le temps, ce qu’aucun buraliste ne fera, quand dans les bonnes boutiques les vendeurs prennent parfois trente minutes pour guider les vapoteurs qui optent pour cette méthode pour arrêter de fumer ".


Source : Le monde du tabac

Commenter cet article