Les revenus de la cigarette électronique menacés ?

Publié le par Monsieur Vapoteur

Le Figaro Economie interroge Brice Lepoutre, Président de l’Aiduce, à propos de l’étude Xerfi reprise par Les Echos. Il s’inquiète qu’“on décourage les vapoteurs en les considérant comme des fumeurs, en faisant l’amalgame entre le tabac et la cigarette électronique” au travers de projets de règlementations et de déclarations publiques.

Il nous faut rappeler que bien entendu le décret du 30 juin 2015 interdisant de fumer dans les aires de jeux ne concerne pas la cigarette électronique.

Victoria Masson, Le Figaro Economie, le 3 août 2015

Le chiffre d’affaires en France pourrait chuter de 10%, et le nombre de points de vente de 17% en 2015, selon une étude du cabinet Xerfi. Une simple “autorégulation du marché” pour la Fédération interprofessionnelle de la Vape (Fivape), qui prévoit 500 000 nouveaux vapoteurs en 2015.

La cigarette électronique n’aurait plus la côte. Avec 1,5 million de vapoteurs quotidiens, et 3 millions d’occasionnels, le marché a connu une croissance forte et rapide depuis le début de l’année. Mais la tendance serait déjà en train de changer, révèle une étude Xerfi relayée par Les Echos. Le chiffre d’affaires du marché français pourrait chuter de 10% en 2015, revenant ainsi de 395 millions d’euros en 2014 à 355 millions d’euros cette année, estime le cabinet d’études.

“ Les nombreuses fermetures de boutiques spécialisées des derniers mois laissent clairement entendre que 2015 sera une année charnière pour l’avenir des acteurs du marché ”, explique-t-il. Les points de vente souffriraient eux aussi du désamour des Français pour l’e-cigarette. Leur nombre pourrait chuter de 17% en 2015 en France, pour tomber à 2000 boutiques. “ Le marché est réellement en train de stagner, principalement à cause des peurs, note Brice Lepoutre, président de l’Aiduce, association des utilisateurs de la cigarette électronique. On décourage les vapoteurs en les considérant comme des fumeurs, en faisant l’amalgame entre le tabac et la cigarette électronique”. Le président confirme des fermetures de boutiques: “ C’est surtout les ventes de kit complets pour les nouveaux vapoteurs qui sont touchés, explique-t-il. Avant, les boutiques en vendaient un minimum par jour. Aujourd’hui, elles en sont à trois maximum par semaine ”.

Les industriels du tabac contre-attaquent

Pour Rémi Parola, coordinateur de la Fédération interprofessionnelle de la Vape (FIVAPE), le son de cloche est un peu différent. S’il reconnait des fermetures de boutiques, il préfère parler “d’autorégulation du marché ”. “ La demande de cigarettes électroniques a augmenté, mais en parallèle l’offre a augmenté de manière plus forte, explique-t-il. Mais cela ne signifie pas une diminution du nombre de vapoteurs, ni du chiffre d’affaires global. Le marché a fortement progressé entre 2013 et 2014, de 275 à 395 millions d’euros ”.

“ L’estimation présentée par l’étude pour 2015 semble hasardeuse, estime Rémi Parola. Nous considérons que le marché continuera sa progression en valeur et en volume : environ 500.000 nouveaux vapoteurs pour 2015 ”. Une certitude à l’encontre donc des prévisions du cabinet Xerfi, qui met en avant “ la saturation du parc de points de vente, l’évolution de la réglementation et la concurrence de la vente en ligne ” comme principaux freins au marché. Car le projet de loi santé de Marisol Touraine veut durcir les conditions de vapotage, l’interdisant déjà dans les aires de jeu et bientôt au bureau.

Les grands industriels du tabac ont donc décidé de contre-attaquer et ont lancé leur propre cigarette électronique. Japan Tobacco International (JTI), qui possèdent les marques Camel et winston, a lancé en avril dernier sa propre e-cigarette baptisée Ploom. Nouvelle génération, elle fonctionne non pas avec du liquide aux extraits de nicotine mais avec du tabac. La Seita (Gauloises, Gitanes, Lucky Strike) a elle lancé sa cigarette électronique JAI, de la taille d’une cigarette classique munie d’une extrémité lumineuse. La vapoteuse inspire même des concepts originaux. L’entreprise américaine Eagle Energy a ainsi créé une cigarette électronique un peu spéciale, révèle le magazine Néon. En tout point identique à une e-cigarette, elle permet d’inhaler non pas du tabac... mais du café !


Source : Aiduce
Les revenus de la cigarette électronique menacés ?

Commenter cet article