La vapeur d'une cigarette électronique est similaire à l'air de notre système respiratoire

Publié le par Monsieur Vapoteur

Six heures d'exposition à la fumée de cigarette ont abouti à la mort quasi-complète de cellules testées, alors que l'exposition à la vapeur de la cigarette électronique ne porte pas atteinte à la viabilité des tissus.

La vapeur testée avec deux types de e-cigarette différentes n'a eu aucun impact cytotoxique sur les tissus des voies respiratoires humaines, selon une nouvelle étude publiée dans la toxicologie in vitro(DOI: 10.1016 / j.tiv.2015.05.018).

Les scientifiques de British American Tobacco et MatTek Corporation ont utilisé une combinaison unique de tests pour étudier les effets indésirables potentiels sur la vapeur de la cigarette électronique sur le tissu des voies respiratoires par rapport à la fumée de cigarette dite la " tueuse ". " En utilisant une machine à fumée et un test basé en laboratoire en utilisant du tissu respiratoire, il était possible de démontrer la capacité à induire et mesurer l'aérosol irritant et de montrer que les différents aérosols de l'e-cigarette utilisées dans cette étude sont sans effet cytotoxique sur les tissus des voies respiratoires humain ", dit le porte-parole Dr Marina Murphy.

Cette nouvelle méthode pourrait être utilisée pour aider à développer des normes de produits pour ces types de produits à l'avenir.

La vapeur de l'e-cigarette peut contenir de la nicotine, des humectants, des arômes et des produits de dégradation thermique, il est donc important de comprendre l'impact potentiel sur les systèmes biologiques. Jusqu'à présent, il n'y a eu aucune étude prouvant des effets indésirables potentiels de la vapeur d'e-cigarette sur des modèles in vitro qui imitent la structure, la fonction et de l'exposition des tissus normaux respiratoire humain.

Les chercheurs ont combiné un modèle 3D, disponible dans le commerce, de tissu épithélial respiratoire et le robot " VITROCELL " populaire pour ce type de test sur la fumée, qui permet d'évaluer le potentiel d'irritation de la vapeur de l'e-cigarette de deux modèles disponibles dans le commerce. Les résultats montrent que, malgré des heures d'exposition dynamiques et continues, l'impact de la vapeur de la cigarette électronique sur le tissu des voies respiratoires est similaire à celle de l'air. En outre, l'étude représente un mouvement initial vers la socialisation et donne à débattre sur les lignes directrices industrielles potentielles.

Le modèle de tissu des voies respiratoires " EpiAirway " comprend trachéales / cellules épithéliales bronchiques humaines qui ont été cultivées pour former des couches différenciées ressemblant à un tissu épithélial de l'appareil respiratoire. Le système " VITROCELL " imite l'exposition quand les humains inhalent en offrant des émissions de cigarettes ou e-cigarettes ou tout simplement l'air vers les tissus " EpiAirway ".

Les chercheurs ont d'abord testé le système biologique avec des irritants connus appliqués sous forme liquide. Puis les tissus exposés " EpiAirway " à la fumée de cigarette et à l'aérosol généré à partir de deux types de e-cigarettes commerciales jusqu'à six heures.Pendant ce temps, la viabilité cellulaire a été mesurée toutes les heures en utilisant un test colorimétrique établi. La quantité de masse de particules déposées sur la surface des cellules a été aussi quantifiée ( à l'aide des outils de dosimétrie ) afin de prouver que la fumée ou de la vapeur a atteint le tissu tout au long de l'exposition.

Les résultats montrent que la fumée de cigarette réduit la viabilité cellulaire à 12% ( proche de la mort cellulaire complète ) au bout de six heures. En revanche, aucun des aérosols d'e-cigarette n'a montré aucune diminution significative de la viabilité cellulaire. En dépit de 6 heures d'exposition continue, les résultats étaient similaires à ceux des cellules témoins exposées à l'air seulement. Même avec cette exposition agressive, les vapeurs de l'e-cigarette ne réduisent pas la viabilité cellulaire.

" Actuellement, il n'y a pas de normes concernant les essais in vitro d'aérosols sur l'e-cigarette ", dit Marina Trani, responsable de la R & D pour les produits de nicotine de la prochaine génération de British American Tobacco. Mais, ajoute-elle, " notre protocole pourrait se révéler très utile pour aider le processus par lequel ces lignes directrices pourraient progresser. "

Cette étude montre que, dans ce modèle de tissu respiratoire humain, la cytotoxicité n'est pas affectée par les aérosols à partir de deux types de e-cigarette différentes, mais d'autres études seront nécessaires pour comparer les effets des autres produits disponibles dans le commerce, les formats et formulations.


Source : Eurekalert
La vapeur d'une cigarette électronique est similaire à l'air de notre système respiratoire

Commenter cet article

chris 17/07/2016 18:44

Sauf que la vous critiqué ca fait quand meme 60 ans que la e-cigarette existe et n'a encore tué personne.

viltensou 21/08/2015 23:42

Il existe des personnes allergiques aux produits chimiques vaporisés par ces appareils.
Il faut arrêter les comparaisons avec le tabac.
Que chacun se suicide comme il a envie, c'est respectable, mais qu'il n'entraine pas les autres dans sa mort c'est la moindre des choses dans le monde du savoir vivre...
Fumer du tabac ou déverser des produits chimiques dans l'air ce n'est pas la même chose.
10 secondes d'exposition à de l'air pollué par un générateur de vapeur de produits chimiques mensongèrement appelé cigarette électronique (dans ces appareils il n'y a pas de tabac, ni d'électronique) suffisent à congestionner mes muqueuses nasales. il n'est plus possible de respirer. Une exposition plus longue assure une migraine tenace pour un bon bout de temps. Les lieux contaminés par ces appareils le sont définitivement, on ne peut plus nettoyer les dépôts des gouttelettes pulvérisées. Les salles de cinéma, les restaurants, les magasins, et autres lieux publics sont définitivement contaminés par ceux qui prennent plaisir à enfumer tout le monde et assouvir leur plaisir solitaire.
Il est temps d'interdire cette cochonnerie comme dans certains pays.

Micka 20/07/2015 13:30

Il faudrait pour que ce genre d'annonce soit crédible :
1: Que ces tests soit réalisés par des labo indépendants,
2: Sur une durée plus longue que 6 heures (des cellules exposées même quelques mois à l'amiante seront toujours en vie...Et pourtant l'amiante tue!