Des millions de e-cigarettes vendues… Seulement deux accidents constatés !

Publié le par Monsieur Vapoteur

Il y a quelques jours, nous apprenions qu’un jeune homme de 21 ans, résidant à Nantes, avait vu sa cigarette électronique exploser dans sa main. La victime a été transportée aux urgences mais son pronostic vital n’était pas engagé : elle a d’ailleurs participé à quelques interviews sur des chaînes de télévision. Une enquête est en cours pour connaître les causes de cet incident.

Certains journalistes rappellent que le modèle était chinois et qu’il était peu répandu. D’autres montrent du doigt les batteries au lithium et le danger qu’elles représentent.

Explosion d’une e-cigarette : un risque sur plusieurs millions !

Dans le passé, un seul incident similaire a été déclaré en France.
Il s’agissait d’une dame de 64 ans qui avait été brûlé au 3 ème degré à la hanche et à l’abdomen par sa cigarette électronique qu’elle avait laissé dans sa poche. L’accident s’était produit en septembre 2014 alors que la dame était tranquillement devant sa télévision. Après plus de recherches, il semblerait que c’est le liquide de la batterie qui se soit diffusé et aurait entraîné ces brûlures. Il est évident que la peau ne doit pas entrer en contact avec ce liquide. En se déplaçant et sans doute en s’asseyant sur sa e-cigarette, cette femme a malencontreusement brisé la cigarette électronique, ce qui hélas a permis au contenu de la batterie de s’écouler. Bien évidemment, cet accident est possible avec n’importe quel appareil possédant une batterie au lithium, par exemple un téléphone portable. Mais puisqu’une e-cigarette est longiforme et généralement fine, sa casse est facilitée. Même si cet incident est regrettable, on peut en déduire que cette dame n’a pas été prudente et n’a pas utilisé son appareil comme il se doit. Il est évident qu’une cigarette électronique ne doit pas surtout pas être placée dans une poche de pantalon. Quand vous mettez votre appareil dans un sac, il est impératif de la désactiver au préalable en appuyant 5 fois sur le bouton de la batterie. Enfin, il est important d’éviter tout contact entre votre e-cigarette et un autre appareil métallique pour ne pas endommager votre batterie.

En février 2015, l’INPES nous apprenait qu’au cours de l’année 2014, 12 millions de personnes avaient essayé la cigarette électronique en France. On peut donc estimer qu’au moins 12 millions de e-cigarettes ont été vendues dans notre pays dans cette période. Sur l’année 2014, seul un accident a été enregistré sur les 12 millions (au minimum) d’appareils achetés puisque l’explosion qui nous intéresse aujourd’hui concerne l’année 2014. On peut en conclure que la potentialité de la dangerosité accidentelle de la cigarette électronique est aujourd’hui très faible.

95% des cigarettes électroniques sont fabriquées en Chine !

La plupart des journalistes qui ont relayé l’information ont pris le soin de rappeler que le modèle de cigarette électronique, incriminée dans cette explosion, était d’origine chinoise et qu’il était peu répandue. Comme si ces éléments étaient potentiellement en cause dans cette affaire… Or, c’est oublier (ou ignorer) que 95% des cigarettes électroniques commercialisés en France sont fabriquées en Chine ! Si le fait que ce produit soit de fabrication asiatique était à l’origine de cet incident, alors nous aurions enregistré de nombreux autres accidents ces dernières années. Petit aparté : la plupart des produits que nous utilisons chaque jour, hors alimentation, sont de fabrication chinoise. Pourquoi le secteur de la cigarette électronique aurait-il échappé à cette fatalité ? Et pourquoi ce secteur devrait plus s’en excuser que les autres ? Pour illustrer ce paragraphe, précisons que les plus grandes marques de cigarettes électroniques JoyeTech (eGo), KangerTech et Smoktech, pour ne citer qu’elles, sont chinoises ! Quelques rares e-cigarettes nous viennent des états-Unis et d’Allemagne : ProVape outre-atlantique et le fameux Taifun en Allemagne (Taifun GT2).

Si un produit chinois était potentiellement dangereux par son origine, alors nous connaîtrions des millions d’accidents en France chaque année ! Rappelons que chaque produit commercialisé en France, qu’il soit fabriqué sur notre territoire ou à l’étranger, doit respecter certains normes de fabrication (bouchon sécurité enfant et pictogramme sur les flacons, composition des e-liquides, label CE, matières premières...). C’est pour cette raison que les produits sont régulièrement contrôlés pour veiller à ce qu’ils soient conformes à la législation française et européenne. Et la cigarette électronique n’échappe certainement pas à cette règle. Les appareils de provenance étrangère sont fréquemment examinés par la Douane étrangère et les e-liquides fabriquées hors de nos frontières sont validés par un laboratoire indépendant.

Autrement dit, 95% des cigarettes électroniques ne sont pas plus dangereuses que les autres !

Si les batteries au lithium présente un danger, il ne faut pas oublier qu’elles sont présentes dans de nombreux produits : les calculatrices, les téléphones et ordinateur portables. On les retrouve aussi dans des secteurs innovants qui se développeront au fil des années, comme par exemple les voitures électriques. Ces batteries ont commencé à faire parler d’elle quand le 16 janvier 2013, un Boeing était en incapacité de décoller en raison d’un problème technique avec ses batteries au lithium-ion, ce qui fut suivi d’une interdiction de vol pendant 4 mois. Autre exemple, des inflammations de batteries au lithium ont survenues dans des voitures électriques en 2013 et précédemment. Il semble donc que la cigarette électronique ne soit pas une exception et beaucoup d’autres produits pourraient causer ce genre de mésaventures.

Si on se penche plus précisément sur les risques des batteries au lithium, on apprend qu’une d’inflammation ou une explosion est possible en cas de surcharge, de décharge, de déséquilibre de tension entre les composants de la batterie, de court-circuit et d’inversion des polarités. N’oubliez pas que les appareils les plus récents, comme la plupart des mods de cigarette électronique, possèdent des dispositifs de protection contre tous ces dysfonctionnements. D’autre part, comme nous l’avons dit précédemment, le corps de la batterie ne doit pas être brisé ou percé car le liquide qu’il contient se transforme en hydroxyde de lithium lorsqu’il entre en contact avec l’eau ou l’air. Il s’agit d’un composé très corrosif qui peut entraîner des brûlures. Il est donc impératif de toujours stocker votre cigarette électronique dans un lieu prévu à cet effet, de les manipuler avec précaution et en conformité avec les préconisations d’emploi.


Source : Smokeway
Des millions de e-cigarettes vendues… Seulement deux accidents constatés !

Commenter cet article