Cancer du poumon : Les anciens fumeurs passent à travers les mailles du dépistage

Publié le par Monsieur Vapoteur

Les anciens fumeurs atteints par un cancer du poumon risquent de ne pas être repérés assez tôt, parce qu'ils ne correspondent plus aux critères de dépistage.

Le cancer du poumon est le cancer le plus meurtrier : 2 patients sur 3 atteints de cette forme de cancer sont diagnostiqués alors qu'ils présentent déjà une forme avancée de la maladie et moins d'un patient sur 10 en survit, cinq ans après le traitement. Or, selon les chercheurs de la clinique Mayo, dans le Minnesota (Etats-Unis), ces statistiques ne pourront s'améliorer que lorsque les " anciens fumeurs " feront partie des critères de dépistage.

Ces chercheurs, qui viennent de réaliser une étude auprès de 140 000 Américains âgés de 20 ans et plus (étude publiée dans la revue médicale Jama), expliquent que les fumeurs qui ont arrêté le tabac depuis de nombreuses années passent à travers les mailles du filet du dépistage. pour être éligible à ce dépistage il faut en effet avoir fumé 1 paquet par jour pendant 30 ans, être toujours fumeur ou avoir réduit sa consommation au cours des 15 dernières années. " Les anciens fumeurs, sevrés depuis plusieurs années ne sont donc pas dépistés. Et quand ils finissent par développer un cancer du poumon, on le découvre à un stade trop tardif " explique le Dr Ping Yang, épidémiologiste du Centre du Cancer de la Mayo Clinic.

Le cancer reste en sommeil pendant 20 ans.

Cette alerte des chercheurs américains est étayée par une étude de l'Institut de recherche sur le cancer de Londres qui a montré récemment que le cancer du poumon pourrait rester en sommeil pendant plus de 20 ans chez les anciens fumeurs avant que les cellules cancéreuses ne se réveillent et se transforment en une forme agressive de la maladie.

" Pour gagner du terrain sur le cancer du poumon, il faudrait dépister également les personnes qui ont fumé moins de 30 paquets par an, ou qui ont arrêté de fumer depuis plus de 15 ans " insiste le Dr Yang. Dépister la maladie avant qu'elle ait commencé à évolué en forme agressive permettrait en effet d'améliorer fortement le taux de survie.

Rappelons qu'en Europe, pour la première fois, le taux de décès par cancer du poumon chez les femmes devrait dépasser le nombre de décès dus au cancer du sein. En moyenne, en 2015; 14,24 femmes sur 100 000 devraient mourir des suites d'un cancer du poumon, contre 14,22 décès dus au cancer du sein.

Encore une bonne raison de passer à la cigarette électronique.


Source : Top santé
Cancer du poumon : Les anciens fumeurs passent à travers les mailles du dépistage

Publié dans Articles, Tabac

Commenter cet article