Au Québec, le ministre de la santé vante les biens faits de la cigarette électronique

Publié le par Monsieur Vapoteur

Lors de la semaine sans tabac au Québec, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a annoncé que la cigarette électronique est une solution d'une efficacité exceptionnelle pour lutter contre le tabac.

Suite à cette déclaration, des propositions pour encadrer l'usage de la cigarette électronique seront présentées, faisant allusion au projet de loi sur la mise à jour de la Loi sur le tabac.

Selon une nouvelle étude, réalisée par l'Institut thoracique de Montréal, la cigarette électronique serait fort efficace dans la lutte contre le tabagisme.

Sur les 75 patients ayant choisi de " vapoter " pour sortir du tabac, 43% avaient cessé de fumer après 30 jours. Le tiers seulement des 104 patients ayant utilisé d'autres moyens comme les patchs de nicotine, la gomme ou les inhalateurs sont parvenus à faire de même.

L'usage de la cigarette électronique et les vertus qui lui sont attribuées font l'objet de vifs débats au Québec comme un peu partout dans le monde. L'absence d'encadrement juridique du produit crée une zone d'ombre qui devra s'éclaircir avec cette nouvelle loi.

L'Institut national de santé publique (INSPQ) reconnaît que des études tendent à démontrer l'efficacité de la cigarette électronique pour cesser de fumer, mais juge encore prématuré de tirer une conclusion. La littérature scientifique à ce propos n'est pas encore suffisamment étayée, croit l'INSPQ. Cependant, l'organisme est convaincu comme le ministre de la Santé, que les mineurs ne devraient pas avoir accès à la marchandise.

Pendant ce temps, l'opposition accuse le gouvernement libéral de se traîner les pieds dans le dossier du contrôle du tabac. Elle rappelle que la dernière révision de la Loi sur le tabac remonte à 2005, bien avant l'avènement de la cigarette électronique et des cigarillos aux saveurs attrayantes.

Pour pallier l'inaction du gouvernement libéral dans ce dossier et mettre un terme à la confusion, certaines écoles et municipalités en sont venues à adopter leurs propres règlements pour encadrer l'utilisation de la cigarette électronique, a soulevé dans un communiqué le porte-parole du Parti québécois en matière de services sociaux, Jean-François Lisée.

Et qu'attend-on pour interdire l'usage du tabac dans les véhicules en présence d'un enfant, ou pour s'attaquer aux saveurs et aux emballages attrayants pour les jeunes ?, a-t-il ajouté.

Comment va évoluer la cigarette électronique au Québec ? Seul l'avenir nous le dira...


Source : Lapresse.ca
Au Québec, le ministre de la santé vante les biens faits de la cigarette électronique

Commenter cet article