La cigarette électronique est reconnue pour être un réducteur de risques pour le fumeur

Publié le par Monsieur Vapoteur

L'étude qui a été publiée dernièrement par nos amis japonais, a fait couler beaucoup d'encre et a suscité beaucoup de réaction. Comme celle de Jean-François Etter, un professeur de santé publique et politologue, qui n'a pas manqué de réagir à cette polémique.

Pour rappel, l'étude semblerait révéler qu'une substance cancérigène ( le formaldéhyde ) serait présente dans la vapeur de la cigarette électronique jusqu'à 10 fois plus que dans la fumée produite par une cigarette traditionnelle. Les médias se sont vite empressé de conclure que le dispositif serait ainsi plus dangereux que le tabac lui-même.

Mais quand est-il vraiment ?

Pour Jean-François Etter, c'est le “ fruit d’une manipulation accidentelle sur un échantillon ”. Par contre ce que les données de l'étude japonaise a permis de découvrir, c'est qu'en fait les niveaux de la substance serait en moyenne 50 fois inférieurs aux quantités décelées dans la fumée de cigarette classique. Un autre point intéressant c'est que d'autres substances cancérigènes, comme le monoxyde carbone ou le goudron, sont absentes de la composition de la cigarette électronique. L'étude montre le contraire de sa conclusion, à savoir qu'il s'agit donc d'un réel bienfait pour la santé d'un fumeur de passer du tabac à la e-cig.

Voici un graphique sur l'échelle de dangerosité des produits du tabac :


Pour ce qui est de la nicotine, un vapoteur ingère quotidiennement l'équivalent de ce que l'on peut trouver de semblable à celle délivrée par les traitements de sevrage tabagique, comme les gommes et les patchs.

Malgré les agressions médiatiques contre la cigarette électronique, heureusement, il existe des scientifiques pour rétablir la vérité sur la désinformation que nous subissons tous les jours.
La cigarette électronique est reconnue pour être un réducteur de risques pour le fumeurLa cigarette électronique est reconnue pour être un réducteur de risques pour le fumeur

Commenter cet article