L’Aiduce et la démarche de normalisation

Publié le par Monsieur Vapoteur

Les vapoteurs sont déjà déstabilisés par la désinformation faite par les détracteurs du vaporisateur personnel (ou cigarette électronique) qui cherchent à décourager son utilisation au profit du maintien du tabagisme. Et voici qu’une nouvelle contre-vérité vient les dérouter : Sur certains forums, le débat fait rage autour d’une allégation selon laquelle la démarche de normalisation conduite par l’AFNOR, à laquelle participe l’Aiduce, aurait pour conséquence de rendre impossible la préparation chez soi d’e-liquides.

Voici la position de l’Aiduce relative à la démarche de l’AFNOR.

Tout d’abord, il faut savoir que : « Les normes ont un caractère volontaire et s’y conformer n’est pas une obligation. Elles traduisent l’engagement des entreprises à satisfaire un niveau de qualité et de sécurité reconnu et approuvé. Les normes peuvent soutenir la réglementation qui relève des pouvoirs publics et dont l’application est imposée en étant citées comme documents de référence. Seules 2% des normes sont d’application obligatoire.

Les normes ne sont donc pas conçues pour faire loi. Seules 2 % des normes ont été rendues obligatoires par le législateur. Dans les 98 % autres cas, un fabricant/revendeur peut décider en toute légalité de commercialiser un produit hors norme, c’est au consommateur de choisir ou pas un produit normalisé.

Les normes doivent être établies dans le respect des lois. S’il est illusoire de penser qu’une norme puisse nous permettre d’éviter l’application de la Directive sur les produits du tabac (DPT), nous pouvons espérer qu’elle en rende l’interprétation aussi souple que possible, et certainement pas qu’elle la renforce. Il est indubitable qu’il s’agit d’un des objectifs de l’Aiduce.

La norme doit permettre au consommateur de faire le tri entre des produits sûrs et ceux de mauvaise qualité sans qu’elle ait vocation à être un label de qualité, ce qui est une démarche totalement différente. Et l’Aiduce tient à ce que le coût de la mise en œuvre des exigences requises ne conduise pas en pratique à exclure la grande majorité des produits actuellement disponibles sur le marché français.

L’idée que la norme élaborée au final puisse bannir les arômes des e-liquides est douteuse car il est non seulement inconcevable que l’Aiduce accepte cela, mais peut-on imaginer qu’un des fabricants de liquides puisse y consentir ? En revanche, il est irréfutable que des substances dangereuses au-dessus de niveaux traces ont déjà, à de rares occasions, été détectées dans certains e-liquides. La position de l'Aiduce est qu’au-dessus de niveaux traces, les e-liquides ne doivent contenir aucune substance dangereuse.

L’idée qu’une norme puisse bannir le DIY est toute aussi farfelue. Les produits alimentaires sont normalisés, mais est-ce que ces normes interdissent la préparation chez soi d’une bouillabaisse ou d’une carbonade ?

Dès le début de la démarche, l’Aiduce s’est engagée auprès de ses adhérents à défendre la vape telle que nous la connaissons tout en œuvrant pour une sécurisation de la qualité des liquides et des dispositifs. Il est évident que si ce travail devait conduire à une mise sur le marché des seuls produits verrouillés promus par la plupart des filiales de « Big Tobacco », l’association quitterait la démarche tout en communiquant publiquement les raisons et que si l’Aiduce y participe encore à ce jour, c’est que jusqu’à présent aucune menace de ce type n’est apparue dans les débats, et nous y sommes vigilants.

Il est primordial de ne pas se tromper d’adversaires (et sommes-nous bien sûrs qu’ils ne sont pas présents sur les forums pour alimenter la discorde entre les vapoteurs ?) car les véritables ennemis sont la DPT, les industries pharma et du tabac et les extrêmistes du geste interdit ; et les véritables alliés, les plus actifs, ceux qui ont le plus d’influence en France et ailleurs en Europe sont les volontaires adhérents de l’Aiduce, dont le travail difficile et parfois ingrat constitue le fer de lance de notre combat commun.


Source : Aiduce
L’Aiduce et la démarche de normalisation

Commenter cet article