Prenez vos cigarettes électroniques, c'est bientôt la journée mondiale sans tabac !

Publié le par Monsieur Vapoteur

Instauré depuis 1988, par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le 31 mai prochain aura lieu la journée mondiale sans tabac. Le but de cette journée est principalement destiné à faire prendre conscience au grand public des dangers du tabac. Une nouvelle occasion, de parler de la cigarette électronique !

Aujourd’hui, la cigarette électronique est la meilleure solution pour lutter contre le tabagisme.

Selon Luc Dussart, consultant en tabagisme, le débat n’a pas lieu d’être : « La cigarette électronique est un moyen avéré de s'affranchir de la dépendance au tabagisme ». C’est la popularité de la cigarette électronique qui garantira sa reconnaissance et qui permettra, surtout, de réduire les dégâts du tabac : « Plus la cigarette électronique sera visible, plus le tabagisme reculera ».

Il faut reconnaître que plus il y aura de vapoteurs, plus l’attention portée à la cigarette électronique sera forte : il sera plus facile de faire des études à grande échelle, davantage de fumeurs pourraient se laisser tenter et le gouvernement devra entendre l’avis d’une plus large communauté. L’e-cigarette signifie également une meilleure connaissance de la part du grand public, que les informations soient positives ou négatives.
 


En 2013, lors de la journée mondiale sans tabac, le secteur de la cigarette électronique était en train d’exploser : avec une croissance vertigineuse. Les buralistes manifestaient pour que le produit leur revienne en exclusivité, le lobby pharmaceutique observait également la cigarette d’un œil envieux, au gouvernement, on promettait interdiction de la publicité et de vapoter dans les lieux publics tandis qu’au niveau européen, tout restait à faire !

Mais les choses ont changé : en seulement un an, la cigarette électronique est passée de l’effet de mode au statut de véritable alternative au tabac et une réelle solution de sevrage qui fonctionne. L’Union Européenne est parvenue à un accord encadrant l’e-cigarette, laissant à chaque pays membre le choix d’en faire un produit du tabac ou un médicament, avec les normes associées.

En France, le marché s’est organisé : les points de vente se sont multipliés et l’affrontement avec les buralistes s’est essoufflé, ils représentent encore 21% des ventes de cigarettes électroniques. Quant au gouvernement, une première loi limitant l’usage de l’e-cigarette à certains lieux publics devrait être proposée cet été, et le discours tenu par ce dernier semble bien plus tolérant et constructif, comme l’a récemment prouvé notre ministre de la santé.

Prenez vos cigarettes électroniques, c'est bientôt la journée mondiale sans tabac !

Commenter cet article