La chasse aux brevets est ouverte

Publié le par Monsieur Vapoteur

Le quatrième plus gros fabricant de cigarettes au monde, du nom d'Imperial Tobacco, a décidé de passer à l'offensive via sa filiale Fontem contre les grands acteurs de l'e-cigarette pour violation de brevets. En effet, ils ont achetés récemment pour la modique somme de 75 millions de dollars, les droits intellectuels du père des vapoteurs, qui sont maintenant utilisés pour élaguer le marché et faire le ménage.

Après avoir dépensé autant, il faut un retour sur investissement pour Fontem Ventures, filiale d'Imperial Tobacco basée aux Pays-Bas.

Le 5 mars 2014 ces sociétés auraient été informées qu'elles enfreignaient la loi en fabricant des produits copiés d'après les quatre brevets déposés par Dragonite Ltd. Ces brevets auraient été achetés, en 2013, dans le seul et unique but d'attaquer légalement ces leaders de l'industrie.

Ces batailles juridiques ne porteraient à priori que sur des modèles cigalikes, vous savez, ces cigarettes électroniques qui ressemblent à des vrais cigarettes. Cependant les autres modèles ne semblent pas concernés, ne représentant qu'une faible partie du marché américain.

En France nous avons eu vent d'une société qui aurait déposé la marque “ Ego ” nom générique donné notamment à un type de pas de vis particulier sur les batteries, cela permet de ralentir ainsi les importations de produits chinois aux douanes. Des démarches similaires ont été également aperçues dans d'autres pays.

Maintenant que le marché devient de plus en plus structuré et que les gains des pionniers atteignent des sommes conséquentes, les dinosaures refont surfaces et arrivent à grands coups de fusil à pompe pour se faire une place.

Bien entendu vous aurez la suite au prochain numéro.
La chasse aux brevets est ouverte

Commenter cet article